Vers les guerres civiles Agrandir l'image

Vers les guerres civiles

Nouveau produit

Cet essai analyse les fractures préoccupantes et les violences internes qui ­concernent toutes les sociétés dans le monde : entre ceux qui sont à ­l’aise dans la mondialisation et ceux qui savent ce ­qu’ils perdent déjà.

Plus de détails

18,00 € TTC

Fiche technique

Hauteur 20 cm
Largeur 13 cm
Nombre de pages 200 p.
Poids 230 gr
Épaisseur 14 mm

En savoir plus

De Charles Rojzman

Depuis 2016, un mot revient dans toutes les bouches politiques : « guerre civile ». Extrémisme politique, charia ­contre république, violences à fleur de peau, émeutes de banlieue, ­conflits identitaires… 

De la Courneuve à Dresde, de Philadelphie à Johannesburg, de Göteborg à Rotterdam, des fractures dans la société sont à ­l’œuvre de façon saisissante. Si ces sociétés ne sont pas en guerre civile, elles sont en train ­d’en prendre le chemin. ­C’est la thèse inquiétante et documentée de Charles Rojzman, inventeur du drôle de métier de thérapeute social, appelé dans le monde entier pour résoudre de graves ­conflits au sein de villes, services publics ou entreprises déstabilisés par des violences et haines intestines.

Il est temps de prendre la mesure du danger intérieur qui nous guette, avant que la violence et la destructivité ne rendent insolubles ces conflits éruptifs. Paradoxalement, le livre se termine par un éloge du conflit. Car, explique C. Rojzman, on ne s’en sortira pas par la morale culpabilisante et le leitmotiv du vivre-ensemble, mais en recréant les conditions d’une règle du jeu commune et d’une démocratie (heureusement) conflictuelle.

Il nous aide à mieux ­comprendre et nous fait toucher du doigt la violence explosive que sécrètent les sociétés modernes.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Vers les guerres civiles

Vers les guerres civiles

Cet essai analyse les fractures préoccupantes et les violences internes qui ­concernent toutes les sociétés dans le monde : entre ceux qui sont à ­l’aise dans la mondialisation et ceux qui savent ce ­qu’ils perdent déjà.