Je suis autiste et je pense le monde Agrandir l'image

Je suis autiste et je pense le monde

Nouveau produit

Annick Deshays, autiste mutique souffrant du syndrome de Rett paralysant ses membres, parler avec ses frères grâce à un ordinateur adapté. C’est ainsi qu’elle engage des conversations philosophiques, éblouissantes, iconoclastes et parfois drôles sur l’époque, la condition humaine ou sa liberté d’agir.

Plus de détails

16,00 € TTC

Fiche technique

Hauteur 20 cm
Largeur 13 cm
Nombre de pages 176
Poids 225 gr
Épaisseur 1 cm

En savoir plus

De Annick Deshays


« Libre dans ma tête malgré toutes mes dépendances dues moins à mon autisme qu’au syndrome de Rett qui fige mes membres et mes mouvements, je veux témoigner qu’une vie est précieuse et unique. »

Ainsi commence le témoignage, ou plutôt le livre de réflexions et de conversations par mail qu’entreprend Annick Deshays avec sa famille, et particulièrement son dernier frère, Thomas, qui vit à New York.

Depuis une vingtaine d’années, l’auteur, autiste mutique, est aussi une pionnière : elle pense le monde et communique grâce à une machine d’aide à la communication (AICO).
Dans ce livre, Annick Deshays s’est lancé avec brio dans un canevas philosophique sur le monde qui l’entoure : c’est avec humour, subtilité, profondeur, gourmandise qu’elle engage des dialogues via Internet avec ses frères, complices mais sans concession, sur tous les sujets. Pourquoi Victor Hugo a t-il attribué le matricule 24601 au bagnard Jean Valjean ? Quelle est la place d’un autiste dans le monde capitaliste ? Comment accompagner un fonctionnement cérébral si particulier ? Quelles sont les utopies imaginées par un autiste ? Des propos tantôt légers, tantôt profonds, joyeux ou douloureux mais toujours libres. Car c’est bien de cela dont il s’agit : le livre d’un esprit libre.

Parution le 13 avril 2015.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Je suis autiste et je pense le monde

Je suis autiste et je pense le monde

Annick Deshays, autiste mutique souffrant du syndrome de Rett paralysant ses membres, parler avec ses frères grâce à un ordinateur adapté. C’est ainsi qu’elle engage des conversations philosophiques, éblouissantes, iconoclastes et parfois drôles sur l’époque, la condition humaine ou sa liberté d’agir.